retour menu textes
menu retour menu texte

Les Petits Bonhommes

Dehors il fait un froid de canard,
Fait un temps de chien depuis ce matin
J’voudrais larver comme un lézard
sous un soleil de quelque part
Dehors y’a pas un goéland
et l’écureuil n’a plus de gland,
Il s’y serait mis un peu plus tôt
ç'aurait été le pote à dingo
Peut être je me trompe d’éléphant
Quand je pavoise comme un paon
Au bout d’un fusil innocent
Je me serais fait des milliers de fans
Quand la tourterelle se rebelle
on sort les canons à tourelle,
Quand le cafard arrive au bar
c’est presque l’heure du pétard

On est des petits bonhommes
pas plus hauts que trois pommes
La terre est notre maison,
c’est un bordel sans nom
On est un peu terrien,
dans le fond des acariens
Et si on ne fait rien,
demain y’aura plus rien

J’aurais aimé être chat de gouttière
Etre le médor à mémère,
Manger mes trois croquettes de thon
Sans trop me poser de questions
J’aurais aimé être ver de terre
pour peindre la terre tout en vert,
Je suis comme toi je suis mouton
et je pâture de mes chansons
Petit mouton petite brebis
il est grand temps sortir du lit

Petite brebis de la bergerie,
prends garde au loup qui crie la nuit
Petit crapaud, petite grenouille
papa aussi il a la trouille
mais si personne ne se mouille,
la terre aussi elle part en couille

J’aurais pu aimer les carottes,
manger salade comme un lapin
Je me suis tapi au fond d’une grotte
pour dessiner l’homo sapiens
Petite tortue, car mon tord tue,
j’aurais pas cru mais qu’il eut cru
Qu’on se taperait des lustucrus,
et qu’on serait mangé tout cru
J’aurais été raton laveur,
hippopotame dans mon bain
Je me la serais coulé douce
plutôt que fourmis du train-train
Si je m’étais lever de bonheur,
je serais cigale de bon matin
Attends deux secondes,
un deux trois pouce
Et je deviens un acarien

J’aurais voulu être pie qui chante,
Je suis même pas bonbon krema
Je suis bien loin de mon karma,
De ces religieuses qui nous mentent
Je suis pas chauve mais je souris
Je suis pas l’Hermite je suis pas Termite
alors je chante pour le smicard,
au fond j’suis peut-être un saint-Bernard