retour menu textes
menu retour menu texte

Manger salade

Je sirote une grenadine
avec la jolie clémentine
Je sens qu’avec elle c’est mûre,
C’était bien long et bien dure
Quand j’ai vu les yeux d’Olive,
je suis parti aux Maldives
La surprise était cerise
du gâteau que je courtise
Je me suis fait l’avocat
des melons et des courges,
Maintenant que je suis papa
je suis devenu un bourge
Je déballe ma salade
pour que toutes les foules bougent,
Même le cul en choux-fleurs
vas-y chantes la, Parker

Manger salade jamais malade
Manger fenouille
jamais d’embrouille
Manger laitue jamais cocu
Mange épinard c’est le panard

Je vais bêcher le potager
pour récolter tous mes pieds
Tandis que je croise Annette,
qui me casse les noisettes
Elle me raconte des patates
et patati et patata,
Qu’elle est pleine d’oseille
Qu’elle a tout le temps la pêche
Qu’elle adore les groseilles
Qu’elle s’est fait refaire les mèches

Je lui dis que je veux dattes,
Elle rougit comme une tomate
Tu ne fais pas le petit pois
dans ta petite coquille de noix,
Tu devrais changer de voix
T’es pas chiche tes chiche pois
Tu te fous tout le temps de ma poire,
J’ai pourtant une belle pomme
Moi je chante l’espoir de Poirier à la Pomme
Je vais même aux Baumettes
leur amener des oranges,
Laisse-moi baiser ta pommette
vas-y chante là mon ange.

Il n'y a pas de steak il y a de la pastèque
C’est la fin des haricots
Je suis sec comme un fruit sec,
Dans ma caisse il y a plus de coco
Je suis vert comme l’amande
que j’ai pris dans le métro,
Sans s’il vous plait
Il me demande le ticket qui fait défaut
La gratuité pour tout le monde,
dans la rue faisons la ronde
La vie serait mirabelle si t’étais moins vermicelle
Le contrôleur un peu aigre,
la moutarde lui monte au nez
Et ça tourne au vinaigre je le vois tout pimenté
Je le traite de cornichon,
Qu’il est concon comme un concombre
Vas donc planter des potirons
Tu ne vois pas que tu m’encombres
Il me colle une châtaigne,
je lui file deux trois beignes
Il me colle un marron et tu connais la chanson