retour menu textes
menu retour menu texte

Noailles

Je fais le dindon Château-Redon
Je sors les poubelles d’la vieille Estelle
Emoustiller par la Moustier,
Je pars en Espagne par rue d’Aubagne
J’fais mon marché aux Capucins
J’vais-m’en j’ter un rue du musée,
Puis j’fais l’expo du bar d’Haxo
C’est le paradis je me sens bien

Noailles Noailles
je veux pas que tu t’en ailles
Noailles Noailles tu es sur la paille
Noailles Noailles
y a plus rien comme Noailles
Noailles Noailles Noailles

Je suis pépère par la papère
J’suis pas perdu par la palud
Place du calvaire, ce qui me désespère
C’est le prospecteur qui prospère
J’y ai même vu plein de Polaks,
Serbes et croates se faire la bise
Les Delacroix sous une kippa
Serrer la main de Fatima

Si tu veux qu’elle soit fière,
va sur la canebière
Tu veux la faire rêver,
emmènes-la au panier
Si tu veux être son prince,
sors-la dans l’vieux belsunce
Tu veux pas qu’elle s’en aille,
emmènes-la à Noailles

Il y a de drôles d’oiseaux
il y a de drôles de cailles
Il y a des poulets épouvantail,
Il y a des minots qui foutent le waï
Et les mémés qui s’éventaient
tous les pépés et les racailles
Qui vendent des rym et des gousses d’ail !
Sur les étales, ils ont que dalle
Mais faut que ça aille.